Depuis 6 ans, je traine une plaque de BB16500 récupérée lors de mes stages à l'EIMM d'Epernay sur une ancienne locomotive partie à la ferraille.

A mon retour sur Paris au CFA de Villeneuve, j'ai amené ma plaque pour la faire sabler, qu'elle soit décapée (voir ci-dessus).

De plus près, nous voyons bien les différentes couches de peinture :

Depuis ce jour, plus rien.... Je cherchais sans chercher, à mettre les couleurs d'origines.

Je vais bientôt déménager il faut donc que je finisse de restaurer cette plaque car je souhaite qu'elle figure au centre de mon nouvel appartement.

Hier, je me suis donc motivé, je suis allé chez Rougier Pier acheter de la peinture, un combat car tout leur stock en août était vide. Mais après plusieurs magasins, j'ai fini par trouver mon bonheur.
Deux tubes de peinture à l'huile, deux pinceaux, et un pot de vernis tout cela pour 20 euros aieee.

Bien sur lors de commencer mon œuvre, je me rends compte que je n'ai pas acheté d'essence pour diluer la peinture et rincer les pinceaux. Pas grave, je me jette à l'eau se sera sans essence.

Installation d'un drap de protection, je passe l'aspirateur dessus pour éliminer toute la poussière, dégraisse à l'alcool à 90°, je scotch les lettres et numéros pour ne pas les peindre.

Et là premier coup de pinceau, tu sens que ça ne va pas se passer comme tu veux, tu déborde, la rendu n'est pas magnifique, le rouge a du mal à recouvrir le peu de noir qu'il restait, les traces de pinceaux restent, des pâtés se forment etc....

Partie haute:

Partie Basse:

Je laisse sécher, je reviens le lendemain et je remets une couche de rouge, ça a l'air de mieux rendre, je vais donc attendre une journée pour mettre le vernis.

Produit intermédiaire:

Il me reste aujourd'hui à enlever le scotch et ajouter le vernis... la suite plus tard